Edito : En Avent, l’Espérance !

Bienvenue, Voici l'édito du 30 novembre au 13 décembre 2020

Le mot Avent vient du latin adventus qui signifie l’acte d’arriver, d’apparaître. Ce joyeux cheminement vers Noël nous rappelle que nous allons vers un but : notre naissance éternelle en Dieu. Attendons-la avec confiance et persévérance. « Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment » (Mc 13, 33).

L’Avent, qui marque le début d’une nouvelle année liturgique, est le temps par excellence pour méditer sur la triple venue du Christ :

Il est déjà venu dans notre chair en naissant à Bethléem,

Il vient mystérieusement chaque jour en nos âmes,

Il viendra puissamment avec sa Gloire, que ce soit à la fin de notre vie ou à la fin des temps.

« Ne nous laissons pas voler notre espérance », répète le pape François. Le moment est arrivé de nous réveiller de notre torpeur et d’espérer le Christ qui vient à notre rencontre.

La prière nous aide à garder vivante l’espérance pour que nous grandissions dans la foi et l’amour. La rumination de la Parole de Dieu, La louange, La prière intérieure, les sacrements comme le sacrement de réconciliation… donnent cette conviction profonde que Dieu nous tient au creux de son amour, qui est présent en nous chaque fois que nous lui parlons ou que nous l’écoutons.

L’espérance chrétienne est une confiance totale en Jésus. Elle est un élan vers Dieu. L’attente du Christ dans l’espérance de sa venue est illustrée par les quatre bougies de la couronne de l’Avent. Les cantiques de Noël que nous entendons un peu partout créent aussi une ambiance joyeuse. Nous décorons le sapin de Noël et installons la crèche en retrouvant un peu notre cœur d’enfant, en nous souvenant des fêtes d’antan.

« L’amour espère tout », nous rappelle saint Paul (1Cor 13, 7), et l’espérance ne déçoit pas. L’enfant de Bethléem désarme la puissance du mal en se révélant faible, fragile, petit.

En ce temps béni de l’Avent, tournons nos regards d’Espérance vers les autres, les plus fragiles pour les aider, les accompagner, bref leur partager l’Amour de Dieu …

Dans la paroisse en ce temps difficile dû à la Covid, la fraternité et la charité doivent être une priorité pour chacun après s’être nourri spirituellement.

Des paroissiens ont dépisté des « personnes positives à la solitude » et mis en place des chaines de solidarité pour visiter ces personnes régulièrement…

Au caté en visio ou à l’école les enfants ont aussi découvert la joie de soutenir le plus petit à côté de chez soi, en faisant un dessin ou allant offrir quelque chose aux personnes isolées dans leur village (un enfant est allé porter des œufs à la voisine seule, d’autres la fiche dominicale de prière avec un dessin…).

Pour ce temps de l’Avent nous proposons à chaque enfant de réaliser une ou plusieurs cartes pour offrir.  Ces dessins seront à déposer dans des corbeilles à l’église. Nous distribuerons pour Noël une carte à chaque résident ou personne hospitalisée dans les Ephad et hôpitaux de notre paroisse.

Les bénévoles continuent d’accompagner les personnes en demande de sacrements (baptêmes, confirmations, communions…) Des rencontres se font en visio. Nous vous confions dans la prière les jeunes catéchumènes qui attendent de vivre le sacrement de confirmation et le baptême.

Comment vivre l’unité en ce temps de l’Avent, si particulier ? Nous proposons à chaque famille de la paroisse de prendre en photo sa crèche à la maison, et de l’apporter à l’église dans la « corbeille crèche ». Toutes les photos des crèches seront exposées dans l’église. Vous serez aussi invités à venir les admirer durant tout le temps de l’Avent et de Noël.

C’est cela vivre dans l’Espérance !

Nous finirons cet éditorial avec St Paul à lire et vivre sans modération :

« Que le Dieu de l’Espérance vous remplisse de toute Joie et de Paix dans la foi, afin que vous débordiez d’Espérance par la puissance de l’Esprit Saint »

 Bon Avent dans l’Espérance !

Soyez tous bénis                                                                                                       Géraldine et Céline