Edito : La porte étroite…

Notre vie est marquée par le rythme scolaire : la paroisse elle-même en cette fin du mois d’août et ce début septembre va relancer ses activités. Et si nous profitions des évangiles de ces dimanches 25 août (Luc 13,22-30) et 1er septembre (Luc 14,1.7-14) pour nous recentrer sur l’essentiel ?

 » Quelqu’un lui demanda : ‘ Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? ‘ Jésus leur dit : ‘ Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite… ‘  » (Luc 13,23-24a)

La question posée est piégeante : si l’on répond « non », alors « tout le monde ira en paradis… » et pas besoin de se fouler ! Si l’on répond « oui », alors la question est de savoir si je fais partie du petit nombre des élus et, de toutes façons, ce n’est pas la peine de lutter, les choses sont jouées d’avance ! La question est peut-être pieuse dans l’intention, mais elle est démobilisatrice !

La réponse de Jésus est mobilisatrice :  » Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite…   »

Le  » Salut  » ne nous est pas extérieur ! Il demande notre engagement. Le  » Salut  » ne consiste pas en une  » récompense  » qui nous ferait entrer dans une nouvelle vie terrestre « améliorée « , il consiste en l’accueil de la Vie Divine, Trinitaire, venant purifier, transfigurer notre vie pleinement humaine… Ceux qui n’auront pas fait effort pour vivre de l’Evangile entendu seront pris à contre-pied… Et pourtant le  » Salut  » est ouvert à tous :  » Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au Festin dans le Royaume de Dieu… » (v. 29)

 » Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi te rendraient l’invitation et ce serait pour toi un don en retour. Au contraire, quand tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles…  » (Luc 14,12-14)

Quand on veut  » donner « , on donne ! Or, souvent, on  » donne » avec un désir de retour… ce qui est normal dans le jeu des relations sociales ordinaires. Mais ce que Jésus nous propose, c’est d’entrer dans la logique divine qui est celle du don désintéressé, la logique de la Vie éternelle !

La meilleure interprétation de ce passage, c’est celle de Thérèse de Lisieux, qui au Carmel ne pouvait pas inviter ses sœurs au restaurant… Elle réalisait parfaitement que certaines sœurs avaient des défauts qui ne guériraient pas, mais elle avait décidé d’être  » aimable avec tout le monde (et particulièrement avec les sœurs les moins aimables) pour réjouir Jésus et répondre au conseil qu’Il donne dans l’Evangile à peu près en ces termes : ‘ Quand vous faites un festin n’invitez pas vos parents et vos amis de peur qu’ils ne vous invitent à leur tour, et qu’ainsi vous ayez reçu votre récompense ; mais invitez les pauvres, les boiteux, les paralytiques’  (Lc 14,12-14) et ‘ vous serez heureux de ce qu’ils ne pourront vous rendre, car votre Père qui voit dans le secret vous en récompensera ‘ (Mt 6,3-4). 

Quel festin pourrait offrir une carmélite à ses sœurs si ce n’est un festin spirituel composé de charité aimable et joyeuse ? Pour moi, je n’en connais pas d’autre…  » (Ste Thérèse – Manuscrit C Folio 28)

Alors, à l’approche de cette nouvelle année, est-ce que je vais m’installer dans mes habitudes ronchonnes, à l’exemple de la chienne de service (voir plus bas…), ou est-ce que je me décide à m’alléger pour passer par la « porte étroite  » ?

 (Editorial proposé par Jean BOURGET, pr.)

La rentrée…

Après les congés annuels d’été, nous reprenons la série des semaines  marquées par l’alternance jours de travail – week-end … Pour vous aider à retrouver plus vite le meilleur rythme, voici,  grâce à notre chienne de service,  un essai de spiritualité de la semaine…