Edito : « Carême 2021 « 

Bienvenue, Voici l'édito du 22 février au 7 mars 2021

Le Carême, nous sommes tous concernés y compris Les enfants, mais pas tous de la même manière. On entend parfois : « Oh, les jeunes enfants ne sont pas obligés de faire carême ! » Mais personne n’y est obligé ! Il ne s’agit pas de cela. Le Carême n’est pas une corvée, un mauvais moment à passer : le Carême est un cadeau, un temps de grâce qui nous est offert.

Il est important de penser à l’âge de l’enfant mais aussi à son caractère et à ses capacités de faire tel ou tel effort. N’oublions pas qu’accomplir la volonté de Dieu ne consiste pas forcément à faire, mais aussi à se laisser faire par Dieu.

Dans toute progression spirituelle, les apparences sont parfois trompeuses : le plus important est ce qui ne se voit pas. Rappelons-nous que Dieu a une histoire d’amour unique à vivre avec chacun de nous.

Voici quelques exemples : Sophie fait toujours preuve de beaucoup de générosité pendant le Carême, mais elle se laisse ronger pas sa peur de l’échec qui est son point faible : est-ce que Dieu ne l’attend pas là ? Monter vers Pâques, ce sera peut-être pour elle consentir à ses limites, apprendre la joie de se savoir pauvre devant Dieu. Xavier refuse de participer aux efforts de partage décidés en famille : pas question de se priver de sucre dans son bol de lait ou de chocolat au goûter pour alimenter la cagnotte communautaire ; mais, au détour d’une conversation avec sa maîtresse, on découvre que ce petit garçon déploie des trésors d’amitié pour un enfant habituellement isolé en récréation. Clarisse est toujours aussi agitée et apparemment distraite pendant la prière familiale mais, avec un peu d’attention, on finit par remarquer qu’elle se recueille intensément au moment du signe de croix : quelques secondes… le temps, peut-être, d’une très profonde rencontre avec Dieu.

Désirons-nous que nos enfants vivent vraiment le Carême comme une montée vers Pâques ? Commençons donc par nous mettre en route ! Un bon exemple vaut mieux que de longs discours. Mais attention à ne pas jouer les parents ou grands-parents « exemplaires » : soucieux de donner le bon exemple, nous risquons parfois de chercher à masquer à tout prix nos faiblesses et nos chutes.

Ce dont nos enfants et petits-enfants ont besoin, ce n’est pas de parents ou grands-parents irréprochables, mais de parents qui, se sachant pécheurs, s’en remettent toujours à la miséricorde de Dieu. De parents ou grands-parents qui vivent le Carême comme une montée, certes, mais une montée qui ressemblerait moins à un escalier qu’à un ascenseur. Cet ascenseur dont sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus disait :

« Je voudrais trouver un ascenseur pour m’élever jusqu’à Jésus, car je suis trop petite pour monter le rude escalier de la perfection. (…) L’ascenseur qui doit m’élever jusqu’au Ciel, ce sont vos bras, ô Jésus ! Pour cela je n’ai pas besoin de grandir, au contraire il faut que je reste petite, que je le devienne de plus en plus. »

Beaucoup d’enfants et de jeunes familles arrivent au sein de notre communauté :

Nous accompagnons 4 adultes vers le baptême, ainsi que 20 enfants d’âge scolaire (4-12 ans) qui demandent le baptême, 80 enfants pour la première des communions …

En ce temps de carême à nous de les accueillir, comme l’évangile nous appelle à le faire. Voici une petite histoire pour que nous sachions vraiment nous accueillir tous, et nous centrer sur Celui qui nous appelle et nous Unit :

« Un jeune homme va trouver un prêtre et lui dit :

– Mon père je n’irai plus à l’église !

Le prêtre lui demande :

– Ah ? Tu peux me dire pourquoi ?

Le jeune homme répond : –

Oh, mon Dieu. Ici Je vois une sœur qui parle mal d’une autre sœur ; et là un frère qui ne lit pas bien ; la chorale est divisée et chante faux, les familles avec les enfants font du bruit et me dérangent dans ma prière, ; les gens pendant les messes regardent leur téléphone, sans parler de leur comportement égoïste et hautain en dehors de l’église…

Le prêtre lui dit :

– Tu as raison. Mais avant de quitter définitivement l’Eglise j’aimerais que tu me fasses une faveur : prends un verre plein d’eau et fais trois tours de l’église sans verser une goutte d’eau sur le sol. Après ça, tu pourras quitter l’église.

Le jeune homme se dit : trop facile !

Et il fait les trois tours comme le prêtre le lui a demandé. Quand il a fini, il revient dire :

– C’est fait mon père.

Et le prêtre lui demande :

– Quand tu étais en train de tourner avec ton verre d’eau, as-tu remarqué qu’une sœur parlait mal de quelqu’un d’autre ?

Le jeune :

– Non.

As-tu vu les gens être indifférents aux autres visiteurs de l’église ?

Le jeune :

–Non.                                                                                                                                  As-tu remarqué des enfants bruyants dans l’église ?

Le jeune :

– Non.

As-tu vu que certains étaient bloqués sur leurs smartphones ?

Le jeune :

– Non.

– Tu sais pourquoi : tu étais concentré sur le verre pour ne pas renverser l’eau. Tu sais… c’est pareil dans notre vie. Quand notre cœur se focalise sur Jésus-Christ, nous n’avons pas le temps de voir les erreurs des gens. Qui sort de l’église à cause des chrétiens hypocrites n’y est sans doute jamais vraiment entré à cause de Jésus ».

Nous vous souhaitons un bon et saint carême. Soyez tous bénis.

Géraldine et Céline, Leme de la paroisse