Edito : “Ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres” St Jn 15 : 17

Bienvenue,

Voici l'édito du 23 avril au 6 mai 2018.

Combien dans notre monde portent lourdement un poids sur le cœur pour un évènement qui les a meurtri et qui ne se trouvent pas suffisamment en confiance pour le partager ! Combien de personnes enfermons-nous dans leur solitude parce que ça nous fait peur d’aborder, ou simplement d’évoquer, discrètement et humblement une situation qui leur est bien pesante. Je me souviens : Karine était une petite fille adorable, elle était trisomique, très aimée par ses parents et ses frères et sœurs : sa maman me disait, un jour : « Si vous saviez le vide qui s’est fait autour de nous après la naissance de Karine ! »

 Quand on est en confiance avec quelqu’un on est heureux de pouvoir partager avec cette personne ou ces personnes, ce qui nous tient à cœur, nos joies, bien sûr, mais aussi nos difficultés, nos questions, nos inquiétudes et nos soucis. Le grand désir de Dieu notre Père, c’est « que nous ayons la vie et que nous l’ayons en abondance » Jésus nous l’affirme à la veille de sa mort : « Je vous ai choisis pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et un fruit qui demeure » Jn 15 : 16

Et il nous indique le chemin de cette vie en abondance, non seulement par ses paroles, mais par sa vie : c’est le chemin de la ‘fraternité’ : « Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres ». Il s’est manifesté à nos côtés, comme notre frère : « Je ne vous appelle pas serviteurs, je vous appelle mes amis : tout ce que j’ai entendu du Père, je vous l’ai fait connaître. » Et sa vie nous manifeste l’intensité de sa fraternité : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. »

Au cours de sa visite pastorale, au début de mois, notre évêque, à plusieurs reprises, nous a dit combien c’est important de nous retrouver ‘en équipes fraternelles de foi’ : nous retrouver en petites équipes pour partager en confiance les uns avec les autres, et dans la confiance que Jésus nous fait, autour du Notre Père, cette année, et de l’évangile du dimanche ce que nous en saisissons, et mieux saisir ce qu’ils nous disent et nous appellent à vivre dans le quotidien de nos vies.

Des équipes : il s’agit donc un partager ensemble, en’ cellules d’Eglise’.
Des équipes fraternelles, c’est dire si nous devons non seulement mieux reconnaître l’esprit fraternel qui nous anime, mais ne cesser de le faire grandir : la fraternité c’est l’affaire de toute la vie, dans la patience ; comme l’herbe dont on sait bien ‘qu’on ne la fait pousser en tirant dessus’. Et l’amour qui vivifie la fraternité est comme la sève de l’arbre : en circulant elle nourrit et fait la vie de l’arbre : quand elle cesse de circuler, ce n’est plus un arbre, ce n’est que du bois… un bois qui se dessèche !
Des équipes fraternelles de foi.
Nous savons que nous nous retrouvons en présence de Celui qui nous a dit : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » et « Quand 2 ou 3 sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ». C’est pourquoi nous lui parlons en le priant et sommes bien décidés à écouter sa Parole… ;pour la mettre en pratique. C’est pourquoi aussi nous avons à cœur de lui rendre grâce pour sa confiance et son amour puisque c’est ainsi que ‘nous avons la vie’.

Mais ne l’oublions pas non plus : ce n’est pas pour nous replier sur nous-mêmes, ni même sur Lui qu’il nous convie ainsi : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie »…, « Si moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, à votre tour vous devez vous laver les pieds les uns aux autres » : serviteurs les uns des autres dans le quotidien de vos vies.  A tel point que «  Si, quand tu vas présenter ton offrande, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse d’abord là ton offrande et va te réconcilier avec ton frère ! » Jn 13 : 14

Et cette vie fraternelle à vivre au quotidien, ça nous engage personnellement, mais dans beaucoup de circonstances nous avons aussi besoin les uns des autres pour « aimer, non pas par des paroles et des discours, mais en actes et en vérité. » 1 Jn 3 :17
Notre vie fraternelle prend corps par les structures que notre société met en place pour le service des citoyens, dont nous sommes frères et qui sont enfants de Dieu notre Père.
Bien souvent Dieu nous fait bien plus confiance que nous ne lui faisons confiance.

Peut-être pourrions-nous, en ‘équipe fraternelle de foi’, reprendre cet évangile du 6ième dimanche de Pâques de l’année B, (6 mai 2018) Evangile de Saint Jean 15 : 9-17)

Joseph Bonhommeau